La transformation digitale n’est-elle vraiment que digitale ?

Partagez avec votre réseau

Combien de fois entendez-vous le mot transformation digitale ou management de transition par jour : une dizaine ? plus ?

Et pourtant, n’est-ce pas le propre d’une entreprise que d’être en transformation permanente pour répondre aux besoins de ses clients ?

Alors pourquoi toutes les compagnies crient-elles haut et fort qu’elles sont en pleine transformation et à quoi cela correspond-t-il vraiment ?

  1. Petits rappels historiques

Après la grande révolution industrielle du XIXème siècle, notre monde commence une autre révolution, digitale, dans les années 70 et même 50-60 pour les armées.
Mais ce qui change vraiment notre monde réel c’est la naissance du World Wide Web le 12 mai 1989, qui va attirer les media et le grand public (alors qu’internet était réservé aux chercheurs et aux armées).
Cela va donc impacter tous les business, ainsi que notre vie privée.

Il y a d’abord eu la phase d’émerveillement de ces nouvelles technologies, souvent ludiques : les ordinateurs, les jeux, les téléphones portables, puis, nous sommes passés à la phase de questionnement sur l’utilisation des data, la définition des règles d’usage, la législation de GAFA etc.

En un mot, nous sommes devenus plus matures sur la question du digital. Mais tout reste à faire car soit nous subissons cette mutation, soit au contraire nous voulons la piloter.

  1. Un changement en profondeur

On aurait tort de croire que la transformation digitale se résume à utiliser des drones, automatiser les usines, racheter des start-up, des DNVB ou encore faire du marketing prédictif.

Cette transformation est profonde et Luc de Bradandèrenous invite à changer de paradigme. Il ne faut pas, selon lui, simplement se digitaliser, il faut réinventer son activité.
Il prend l’exemple d’une bouteille d’eau : qu’est-ce qui a le plus de valeur ? La bouteille d’eau ou toutes les data liées à cette bouteille (qualité de l’eau, impact carbone, profils des consommateurs…) ? Les data naturellement.

Donc la question n’est plus comment je digitalise mon activité, mais bien, comment, à l’aide des data, je réinvente mon activité. D’où la nécessité de s’organiser autour du digital.

La phase 1 est déjà en cours dans la plupart des entreprises :

– Désiloter les services de l’entreprise,

– Travailler en mode agile,

– Faciliter l’accès à l’information (ATAWAD : Any Time, Any Where, Any Device)

Le digital devient la nouvelle colonne vertébrale de l’entreprise, celle autour de laquelle tout se fait.

Certains secteurs sont déjà bien plus avancés comme celui de la santé qui au-delà des prises de RDV en ligne comme Doctolib, propose maintenant des consultations web cam via Qare par exemple.

Mais la mise en œuvre n’est pas toujours simple, il y a nécessité à ce que le monde « tech » communique avec celui « non tech » pour réussir la transformation !

  1. Un travail d’évangélisation

Cette transformation est en train de s’opérer, néanmoins, tous les salariés ne sont pas encore prêts à accueillir cette transformation (la disparition de certains métiers effraie), c’est pourquoi le point d’achoppement de la transformation digitale c’est l’humain !
C’est donc par les Ressources humaines que la transformation digitale se réalisera pour prendre corps.

Cette transformation doit être créative et au service de tous. Les sujets sont colossaux comme l’éthique, la cybersecurité, les législations alignées au niveau mondial. Les États sont autant impliqués que les entreprises pour rester pilotes de cette transformation. L’Europe a notamment un chantier à mener concernant l’exploitation des données par les GAFAM, prenons par exemple la problématique du Cloud Actqui permettrait aux autorités d’avoir accès aux données hébergées à l’étranger mais le texte fait débat.

La partie ne fait que commencer…

 

Bibliographie

1Luc de Brabandère « Petite philosophie de la transformation digitale » Ed. Manitoral
2Cloud de confiance : https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/la-france-cherche-son-cloud-de-confiance-1139875

Alexis Michau

Associé